Mai 2017

May 1, 2017

 

L'Amour au temps du cholérade Gabriel Garcia Marquez, ed. Le Livre de Poche, (traduction de Annie Morvan)

 

Je n’ai pas préféré commencer l’œuvre de Garcia Marquez par le fameux Cent ans de solitude, mais plutôt parL’Amour au temps du choléra qui m’avait été conseillé par de nombreux libraires. On assiste très rapidement à la rencontre entre Florentino et Fermina qui jurent de se marier et de vivre un amour éternel. Malheureusement, trois ans plus tard, Fermina épouse un brillant médecin Juvenal Urbino. Florentino va alors tout faire pour mériter et retrouver la belle Fermina. Garcia Marquez livre un magnifique texte sur l’Amour avec un grand A majuscule, et sur le temps qui passe, inexorablement. Je trouve d’ailleurs à cet égard, le titre très fort et remarquablement bien choisi ! Certains trouveront peut-être le roman un peu long, les autres ne se lasseront pas et se laisseront porter par la plume du prix Nobel colombien. Je conseille néanmoins aux plus sceptiques d’aller jusqu’au bout car les dernières pages valent vraiment le coup !

 

 

 

 

Imperium de Robert Harris, ed. pocket, (traduction de Natalie Zimmermann)

 

Offert par un ami, cet essai est une surprise incroyable. Il a comme thématique principale un phénomène naturel étrange à l’origine de l’extinction de plus de 2000 vies humaines au même instant dans une région du Cameron au cours des années 80. L’objet de l’essai est à la fois de présenter les différentes hypothèses scientifiques, populaires, religieuses expliquant la catastrophe tout en mettant en relief les jeux de pouvoirs et d’intérêts qui régissent ces trois domaines. Avec pour prétexte cet incroyable fait naturel, l’auteur nous amène dans un premier temps à réfléchir à la construction des théories scientifiques, dont on comprend peu à peu qu’elles servent parfois davantage leurs auteurs que l’explication objective des faits, et dans un second temps à la force de la religion et de la superstition qui servent de forces explicatives face à aux éléments qui semblent inexplicables. En deux mots un excellent essai où l’on ne s’ennuie pas une seconde, qui relate un événement intriguant et invite à réfléchir à des thématiques passionnantes.

 

 

Dépêches du Vietnam de John Steinbeck, ed. Les Belles Lettres, (traduction de Pierre Guglielmina)

 

Ecrit par un de mes auteurs favoris,Dépêches du Vietnam est un recueil de dépêches rédigées par Steinbeck lors de son immersion au cœur du conflit vietnamien à la fin des années 60 et publiées à l’époque par le magazine Newsday. Partisan de la guerre au Vietnam, Steinbeck décide de s’y rendre directement afin de se forger un regard objectif. Grande critique des journalistes et écrivains qui se permettent de porter des jugements moralisateurs et à l’emporte-pièce sans jamais se confronter aux faits, ce livre est passionnant à plusieurs égards. Steinbeck sait peindre la réalité complexe de manière simple et efficace. Il ne s’en prive pas dans cet ouvrage où il livre le regard passionnant d’un citoyen américain partagé entre son admiration profonde pour les soldats sur le terrain et la « mollesse » décadente qui mange la société américaine. Bourré de thématiques très actuelles et invitant à la réflexion sur l’objectivité du « reporter », ce livre se dévore !

 

 

Nous espérons que ces trois chroniques vous ont donné envie de lire ces livres.

Faites les découvrir à vos amis en les partageant sur vos réseaux sociaux !

 

A très vite !

 

L’équipe Kube.​​

 

Please reload

Posts Récents

August 1, 2018

July 1, 2018

June 1, 2018

May 1, 2018

April 1, 2018

March 1, 2018

February 1, 2018

January 1, 2018

December 1, 2017

November 1, 2017

Please reload

Archives
Please reload

TOUS LES MOIS RECEVEZ LES CHRONIQUES KUBE !

Vous souhaitez recevoir gratuitement et en avant-première chaque mois "Les Chroniques Kube (du mois)" ? C'est par ici...