Juillet 2018

July 1, 2018

La Chronique d'Aurore : Sur la route, de Jack Kerouac, traduction de Josée Kamoun

 

Ce mois-ci, grande première : j’ai relu un livre pour la deuxième fois ! Ce livre est l’un de mes préférés ! Il s’agit de Sur la Route de Jack Kerouac, un classique qui ne plait d’ailleurs pas toujours ! Et vous, l’avez-vous lu ? L’aimez-vous ? Je souhaitais savoir si, des années après la découverte de ce livre, mon avis avait évolué. Verdict ? J’AI ADORÉ ! J’ai ressenti le même plaisir et vécu le même voyage ! Vous commencez à le savoir, j’affectionne particulièrement les voyages transaméricains. Avec Sur la route, on suit les déambulations à travers les Etats-Unis, puis au Mexique, de Sal et de Dean Moriarty. Sur fond de « Beat Generation », un mouvement contestataire des années 50, on découvre deux jeunes amis qui refusent de vivre une vie rangée et qui partent à l’aventure à la recherche de l'inconnu. C’est la poésie des quelques passages de descriptions des villes et des paysages qui me plait le plus dans ce livre ! Mais c’est aussi l’ambiance des Etats-Unis des années 1950. Une Amérique que je rêve de visiter et qu’il ne m’est possible de découvrir qu’en lecture. A (re)découvir avec plaisir…

 

 

 

 

 

 

La Chronique d'Anthony : Un fils obéissant​, de Laurent Seksik

 

J’ai eu la chance d’assister, le mois dernier, à la présentation de la rentrée littéraire Flammarion. Les auteurs et éditeurs de la maison se sont succédés pour présenter à plus de deux cents libraires enchantés leurs titres à paraître en août et septembre. Un titre avait particulièrement retenu mon attention : Un fils obéissant de Laurent Seksik, notamment connu pour sa biographie romancée « Les derniers jours de Stefan Zweig » (que je n’ai d’ailleurs pas encore lu !). Un fils obéissant est un livre intime qui nous fait vivre les dernières semaines entre Laurent et son père. Un livre puissant et bouleversant sur la fin de vie et l’accompagnement. Plusieurs récits mêlant le passé et le présent s’enchaînent astucieusement pour donner encore plus de profondeur au roman. Lors de sa sortie en août, je ne peux que vous conseiller de lire ce livre d’amour d’un fils pour son père.

 

 

 

 

La Chronique de Samuel : La mort est mon métier, de Robert Merle

 

Depuis le mois dernier, j’ai lu plusieurs livres et j’ai commencé à sentir poindre le retour de la « crise des livres » c’est à dire l’absence de véritable coup de cœur. Dans ces cas là j’applique régulièrement la solution suivante : découvrir un livre de l’auteur de mon dernier coup de cœur. En l’occurrence il s’agissait de Robert Merle. On m’avait récemment parlé de La mort est mon métier, une biographie romancée et néanmoins fidèle de la vie de Rudolf Höb, commandant du camp de concentration d’Auschwitz. Je suis rarement attiré par des ouvrages sur ce type de sujet. En effet la thématique est par définition difficile et régulièrement abordée de la même manière. Ce n’est pas le cas ici. On suit d’abord l’enfance et l’adolescence de Rudolf avec en toile de fond une tentative « d’explication » de la naissance d’une génération prête à commettre le pire. Par la suite Robet Merle s’attaque à l’origine des camps et à  la mise en place technique de la solution finale par Rudolf Höb. Tout l’ouvrage est finalement une tentative d’explication de ce qui paraît inexplicable et des mécanismes qui, mis en branle des années durant, ont finalement pu amener à l’horreur que l’on connaît. En deux mots : un livre ambitieux et brillant.  

 

Please reload

Posts Récents

August 1, 2018

July 1, 2018

June 1, 2018

May 1, 2018

April 1, 2018

March 1, 2018

February 1, 2018

January 1, 2018

December 1, 2017

November 1, 2017

Please reload

Archives
Please reload

TOUS LES MOIS RECEVEZ LES CHRONIQUES KUBE !

Vous souhaitez recevoir gratuitement et en avant-première chaque mois "Les Chroniques Kube (du mois)" ? C'est par ici...