Antonin
Le mot de vos libraires

Petit, je rêvais de devenir un grand champion. Bricolage, sport, jardinerie, il n’y avait rien à faire : j’étais mauvais dans tout. J’ai grandi en pensant que ma vie serait terrible si je ne brillais dans rien. Puis, un jour, j’ai rencontré les livres. Soudain, une lumière s’est éclairée, une porte s’est ouverte : on n’a nullement besoin d’être le héros de l’histoire pour être apprécié et vivre heureux. On n’a pas non plus de besoin de chercher à plaire à tout le monde pour que notre voix résonne et touche quelqu’un. Il suffit d’oser faire ce que l’on a envie sans s’encombrer du qu’en dira-t-on. Y aller à l’émotion, au ressenti. Tâtonner, échouer, recommencer, réussir. Trouver la voie qui permet de se sentir complet. Et la littérature, justement, a cette capacité d’offrir à chacun exactement ce qu’il cherche, quels que soient son caractère, son humeur, ses passions... Il n’y a qu’à regarder la pluralité de genres et de sous-genres qui la composent. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les budgets. Ouvrir un livre, c’est donc oser prendre le risque de rêver, de sourire, d’être ému. Bref, de trouver ce qui nous parle, nous fait du bien. Et quoi de mieux que d’aider l’autre, avec notre expérience ou notre instinct, à trouver ce dont il a besoin ?

 Ses genres littéraires de prédilection ? 

 La littérature française et le feel-good

Sa citation préférée

"Tu es drag. Tu n’es plus un homme, pas exactement une femme. Tu es en dehors. Tu es l’exemple que chacun incarne sa création. Inspire-les. Trouve des mots, des gestes. N’oublie jamais que tu t’adresseras à des individus de tous horizons. Des touristes. Des mecs et des nénettes sans histoire. Et peut-être qu’au fond de la salle, il y aura une vieille femme. Peut-être un homme esseulé. Un ado en recherche de sens. Une jeune fille mal aimée. Dis-toi que tu incarnes précisément ce que le monde t’interdit d’être. Montre-leur. Même si cela ne dure que cinq petites minutes. Même si c’est beau et bref. Parce qu’ensuite, ces gens quitteront le cabaret, ils repenseront à ta scène et peut-être qu’ils se diront, Tiens, les femmes peuvent tout faire, Tiens, j’offrirai une Barbie à mon neveu, Tiens, les hommes sont capables de ça, de ça et de ça aussi. ."

Julien Dufresne-Lamy 

Ses coups de coeur littéraires

Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy - Je me suis tue de Mathieu Ménégaux -

Je ne sais pas dire je t'aime de Nicolas Robin


Et si vous écriviez à votre libraire ?
(La carte de correspondance libraire reçue dans votre Kube est prévue à cet effet)

Kube

A l'attention d'Antonin

20 rue Périer

92120 Montrouge


Vous pouvez aussi laisser un commentaire à votre libraire ici :