Le Premier Exil
de Santiago Amigorena

De l’Argentine à l’Uruguay.

Découvrez

Le Premier Exil Santiago Amigorena

Amigorena donne à son silence une forme littéraire. Ne sachant parler, il écrit. Le Premier Exil relate une partie de son enfance marquée par le déracinement, la violence et la dictature. C’est en Argentine qu’il a appris le silence, dans son enfance. Ce roman paru en 2021 aux éditions P.O.L est une nouvelle pierre à l’édifice que Santiago Amigorena construit à travers son œuvre littéraire. Cette pierre ajoutée cette fois-ci concerne son enfance, de ses six ans à ses douze ans, où l’auteur connaît l’exil pour la première fois. De l’Argentine, sa famille migre en Uruguay pour échapper à une dictature.

La difficulté de l’exil

Dans un pays où la torture et les disparitions font partie du quotidien, où la dictature fait rage, la famille du narrateur se retrouve contrainte à l’exil, comme leur arrière-grand-père pour fuir le nazisme des années auparavant. Le narrateur a alors six ans. Il découvre un pays si différent du sien, où le temps s’écoule lentement et où les distractions brillent par leur absence. Le temps semble se figer pour cet enfant qui fuit la tristesse par son imagination. Le narrateur connaît en Uruguay la solitude. Ces événements vont l’enfermer dans le silence, silence que l’auteur brise avec sa plume. L’exil fait partie de ses souvenirs de vie les plus éprouvants et les plus douloureux, participant à son mal-être en tant qu’adulte. C’est pourquoi il y consacre un roman entier.

Santiago Amigorena

Santiago Amigorena est un scénariste, réalisateur, producteur et auteur argentin résidant en France. Sa langue d’écriture est donc le français. Sa carrière dans le cinéma débute avec la rédaction du scénario de Les gens normaux n’ont rien d’exceptionnel réalisé par Laurence Ferreira Barbosa et il connaît un véritable succès après la rédaction du scénario de Péril jeune de Cédric Klapisch. Après une trentaine de scénarios, il réalise son premier film en 2006 intitulé Quelques jours en septembre. Pour ce qui est de l’écriture, Santiago Amigorena publie Une enfance laconique en 1997 aux éditions POL, marquant le début d’un projet littéraire et autobiographique de longue haleine. Toute son écriture et tous ses ouvrages parus à ce jour sont une partie de ce projet.

​Découvrez une nouvelle partie de l’intimité de Santiago Amigorena, traitant ici de l’enfance, de l’exil et du pouvoir de l’écriture !

Lucidité et amusement

Le Dernier Livre, c’est le nom que Santiago Amigorena donne au projet littéraire auquel il se consacre depuis vingt-cinq ans. Ce projet se divise en six parties qui racontent six périodes de vie différentes de l’auteur/narrateur. En plus de ce projet dont les parties sont subdivisées en plusieurs livres se greffent des livres annexes. Certaines de ces annexes sont déjà parues tandis que d’autres sont en cours d’écriture. Le Dernier Livre est une œuvre principalement autobiographique, c’est ce qui lui permettra ensuite de ne plus avoir à écrire. Il écrit pour ne plus avoir à écrire un mot à la manière d’une psychanalyse.

            

Si vous êtes intéressé par le roman Le Premier Exil, vous serez susceptible de craquer pour notre coffret livres "De Grands Classiques méconnus" contenant 4 grands succès littéraires méconnuset des surprises.

Étiquettes littéraires 

THRILLER-75.jpg

Rentrée littéraire 2021
Littérature française
Exil
Enfance
Dictature

Cliquez ici pour découvrir ce coffret !

Les livres de Santiago Amigorena préférés de nos libraires partenaires

1984.jpeg

Des jours que je n’ai pas oubliés

1984.jpeg

Le Ghetto intérieur

1984.jpeg

Mes derniers mots

1984.jpeg
1984.jpeg

La Première défaite

Le Premier amour

Si vous avez aimé Le Premier Exil,
nos libraires vous recommandent les livres suivants

1984.jpeg

Hadès, Argentine de Daniel Loedel (La Croisée)


Tomas Orilla, dix ans après sa fuite de l’Argentine, revient dans sa ville natale. Il se lance à la poursuite du fantôme d’Isabel, celle qu’il a aimée et qui l’a entraîné dans des événements politiques effroyables. Au milieu d’un Buenos Aires en lambeaux, Tomas marche, ressassant ses choix et ses actes passés, commis parfois par amour et parfois par lâcheté.

1984.jpeg

Satisfaction de Nina Bouraoui (JC Lattès)


Madame Alki, femme française, s’est installée en Algérie au moment de l’Indépendance par amour pour Ibrahim. Elle passe la majeure partie de son temps seule, attendant le retour de ceux qu’elle aime : son mari travaillant à l’usine et son fils scolarisé. Elle jardine ou elle écrit, recensant dans son carnet nombre de réflexions, d’angoisses et de doutes ; la difficulté du déracinement et d’être une femme française dans l’Algérie de cette époque.

blanc.PNG

            

Des auteurs similaires

1984.jpeg

             

1984.jpeg

       

1984.jpeg

          

Pour aller plus loin
 

Si vous aimez l’évasion et la découverte littéraire, nous vous invitons à tester notre abonnement livres qui permet de recevoir tous les mois un livre choisi rien que pour vous par l’un de nos libraires indépendants partenaires !

Les cartes cadeaux d’abonnement sont aussi une bonne idée cadeau pour tous les curieux, ainsi que les coffrets en édition limitée.